Côté Mum

Pourquoi mon enfant « parfait » se transforme en démon lorsqu’il est avec moi?

La première image qui me vient lorsque je dois parler de ma tendre petite merveille c’est… un bâton de dynamite, de 98 cm, aux yeux bleus et aux cheveux blonds.

Ce bâton de dynamite a une particularité, il explose seulement en MA présence, et celle de son père bien évidemment.Même si lui reste un super héros du quotidien, et moi l’ennemi public numéro 1 qu’il faut abattre au plus vite.

Le reste du temps ce charmant petit bâton de dynamite, est en veille. Il se comporte même PARFAITEMENT selon les dires de la maîtresse, des grand parents et autres personnes dévouées à sa garde.

NOUS, parents, sommes forts de constater que…l’enfant est insupportable avec NOUS et seulement avec NOUS. (Bon si ce n’est pas le cas faut aller consulter).

Pour exemple : après une dure journée de labeur, des kilomètres avalés, de la fatigue généralisée, un seul et unique sentiment « l’impatience ». L’impatience d’aller retrouver notre petit amour, la chair de notre chair, la prunelle de nos yeux, notre oxygène…bref d’aller chercher l’enfant ! A peine vous a-t-il aperçu qu’il trouve alors le moyen de partir en courant, de réclamer un goûter alors qu’il est 11h20, de réclamer un toboggan alors qu’il est 18h00 qu’il fait nuit et qu’on se les gèle, il ne veut pas enfiler son bonnet, ne veut pas vous donner la main pour traverser et a décidé aujourd’hui qu’il allait monter à l’avant de la voiture… bref il veut votre peau !

La solution : l’abandonner sur le bas-côté ou lire le reste de l’article…

Pourquoi ? Pourquoi mon enfant me déteste-t-il ? pourquoi mon enfant est insupportable avec moi ?

Parce qu’il vous aime, que vous êtes sa seule soupape de sécurité et qu’avec vous il se sent bien. Je vous présente donc : la FIGURE D’ATTACHEMENT ! Nous sommes leurs figures d’attachement.

QU’EST-CE QUE LA THÉORIE DE L’ATTACHEMENT ?

La théorie de l’attachement a été conceptualisée dans les années 1960 par John Bowlby, (psychiatre et psychanalyste américain), le dernier tome de son œuvre datant de 1982. Elle n’est donc pas SI récente, mais est malgré tout grandement méconnue, surtout en France.

Cette théorie est fondée sur les besoins émotionnels du bébé dans un premier temps. Dans les premiers mois de sa vie le bébé a des besoins « élémentaires » il élabore des appels pour qu’on vienne combler ses besoins. Toutes les situations de détresse dans le monde intérieur ou extérieur de l’enfant déclencheront des comportements d’attachement. Les situations de détresse dépendent de l’environnement ou des sensations de l’enfant (par exemple, une dent qui perce, une douleur inconnue, un bruit inquiétant…). En gros, le bébé a des besoins, il se manifeste, on répond.Par notre réponse, nous devenons des « Figures d’attachement ». En gros, nous sommes le repère, la base de sécurité. Il y a d’ailleurs une période critique vers 9/12 mois où la séparation d’avec la figure d’attachement est très mal vécue par l’enfant, qui assimile la séparation à une disparition définitive (à ce moment-là il est très compliqué d’aller faire pipi tranquille, de sortir pour étendre le linge, de faire garder bébé).

Cela n’a rien à voir avec l’amour que bébé porte aux personnes autour de lui. Mais il va très vite identifier une figure d’attachement principale, celle qui s’occupe de lui de façon cohérente, continue, privilégiée même. Il sait que cette personne répond quand il pleure, quand il a faim, quand il a peur, il peut compter sur cette personne. C’est pour cela que très souvent c’est la maman, mais attention ! j’ai pour habitude de dire que dans les premiers mois de vie de bébé, il s’attache à la personne qui répond à ses besoins élémentaires, en gros il kiffe celui qui change sa couche. Les discours « une maman vaut mieux que 10 papas » ça me gonfle !

La notion d’attachement est vraiment très importante. C’est un des piliers du développement de l’enfant. Plus je nourris cet attachement (autrement dit plus je réponds à ses besoins), plus je le sécurise, plus son cerveau se développe correctement, plus il aura de facilité à se séparer de moi plus tard et à s’autonomiser.

En gros, l’attachement c’est le socle, la première pierre. Si c’est défaillant, la maison sera construite de façon tordue ! Isabelle Filliozat (quoi vous n’avez toujours pas acheté ses livres ??!!!) utilise une très belle image, celle du réservoir affectif : plus on remplit le réservoir, plus on est capable d’aller très loin.

Si à chaque fois qu’il a besoin d’aide, on lui répond avec empathie et de manière sécurisante, il  développe plusieurs certitudes :

Il peut compter sur l’autre en cas de problème.

Il a de la valeur au regard de l’autre, même en situation de détresse.

Il a un impact sur l’autre.

Mais revenons à nos moutons, donc nous sommes des figures d’attachement et alors sommes-nous condamnés à souffrir ? est-ce que cela autorise le bâton de dynamite à se rouler par terre à peine le pas de la porte d’entrée franchis? …ah bah oui !

Pourquoi ? Parce que le cerveau de l’enfant n’est pas mature tout de suite. Il se construit, se nourrit, s’enrichit, se complète au fil des années et des expériences. Qui dit « pas mature », dit pas capable de tout gérer tout bien comme il faut. Quand la figure d’attachement n’est pas là, en gros quand ma « sécurité » n’est pas là (celle que je connais par cœur, celle que je vois depuis que j’ai ouvert mes petits yeux) je me retiens, j’encaisse, j’avale, je contiens… Et ce cumul de choses, d’émotions, de découvertes, de premières fois, d’angoisses, de stress, de peurs…je vais le déverser une fois que je serai en confiance, bien au chaud dans mes pantouflettes. Et je le déverse avec et sur qui ? sur bibi tiens !

Et comment on fait ? on subit ma p’tite dame !

Subir non, mais accompagner et comprendre oui. Finalement est ce que nous, en tant qu’adulte, ça ne nous arrive pas de craquer une fois à la maison ? après une journée difficile, après une dispute ? On le fait quand on se sent en sécurité. Le bâton de dynamite fait pareil.

Vendredi dernier, je suis allée la chercher à l’école à midi. Elle n’a pas l’habitude. Je l’emmène tous les matins, mais je viens rarement la chercher. Je pensais avoir prévu le coup, je l’ai prévenu à la maison, dans la voiture et une fois devant la classe « c’est maman qui vient te chercher, tu ne manges pas à la cantine, tu ne dors pas ici (oui ma fille passe sa vie à l’école …), on rentrera manger à la maison toutes les deux. » j’ai eu un « OK » comme réponse. A midi, je me présente à la porte de la classe pour la récupérer, elle sourit, enfile son manteau et là…. Ça part en sucette. Elle ne comprend pas pourquoi je suis là. Elle me demande son goûter, je lui explique que c’est l’heure de déjeuner. Elle ne comprend toujours pas. Elle a pleuré à chaudes larmes jusqu’à 12h30 ! Elle était complètement submergée, incapable de se gérer. J’ai fini par lui demander si c’était trop compliqué, elle m’a répondu que oui. Une fois calmée, elle est venue se mettre à table et m’a lancé un « mais normalement toi tu ne viens pas me chercher à l’école, tu m’as fait une blague ! ». Je pense qu’elle à une capacité à prendre sur elle phénoménale.

Etre « parfaite » c’est compliqué. La preuve…

Maintenant que vous savez, ça va pas résoudre le problème, mais quand on sait, c’est quand même plus facile de gérer.

Bon week-end…

2 réflexions au sujet de “Pourquoi mon enfant « parfait » se transforme en démon lorsqu’il est avec moi?”

  1. Hey! Je vis parfaitement la même chose, Et c’est exactement sa…un bâton de dynamite 🚀 ça peut pêter n’importe quand^^ alors sur le coup c’est vraiment pas marrant mais en soufflant un bon coup on se rend compte que c’est le vase un peu trop plein de la journée …et oui comme nous👍 et c’est normal…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s