Côté Mum

Survivre à l’hiver – Les astuces/ notre routine

J’avais envie de vous parler de mes astuces pour survivre à l’hiver. Ceux qui me connaissent le savent: je suis celle aux milles tubes dans le sac. celle qui les froides journées d’hiver sent le camphre à milles kilomètres à la ronde, celle qui s’asperge d’ extrait de pépin de pamplemousse à tout va, celle qui gave sa fille de « granules magiques » et celle qui met des gouttes « qui puent » sur sa brosse à dents. On me demande souvent pourquoi? comment? à vos carnets!

Mais avant ça il faut que je vous explique…

Cela fait quelques années maintenant que j’ai fait le choix de ne plus m’éloigner de la médecine classique, de beaucoup moins (voire de ne plus) consulter et surtout de ne plus prendre de médicament. Cela reste une position personnelle, ma position et mon choix.  Lorsque je lis qu’un tiers des médicaments sur le marché serait inefficace, et même pire que 5% d’entre eux seraient dangereux, moi ça m’affole. il y a quelques années j’ai assisté a une mini conférence sur les polluants quotidiens, comprenez ceux qui nous pourrissent la vie, l’air et la santé, tous les jours, en silence, sans que s’en rende compte: les bougies parfumées, les prises parfumées, les produits de nettoyages (vous savez ceux qui sentent bien fort et qui arrachent tout sur leur passage), certaines aides culinaires… Une partie était aussi consacrée aux médicaments en libre service, que j’avais moi l’habitude d’utiliser sans me douter qu’ils étaient de une inefficace et de deux dangereux pour certains, une autre partie sur les cures antibiotiques et leurs méfaits sur le système immunitaire et sur le corps lors qu’utilisées à répétition et à la légère.

Bref, tout ça pour dire que j’ai radicalement changé mes habitudes et ma façon de vivre, de manger, de me soigner. J’ai surtout pas mal lu, des petits articles par ci par là, j’ai commencé a acheté certains magasines de santé: UFC que choisir en priorité, et donc j’ai appris. Attention, je fais certainement pas tout correctement, mais je me dis que même à petite dose, un changement c’est un changement. Une info est une info. un perturbateur endocrinien en moins est un perturbateur endocrinien en moins.

Dans tous ce qui a changé, il y a eu ma façon de me soigner. J’ai opté pour l »homéopathie et l’Aromathérapie.

> L’homéopathie: on ne la présente plus. Le plus dur dans l’homéopathie c’est de faire face aux « réticents » qui maintiennent encore que cela ne sert à rien, que ce sont des médicaments placebo et qu’il n’y aucune preuve de leur efficacité. Le plus dur c’est aussi de faire face aux personnes qui pensent que si on se contente de l’homéopathie, on ne se soigne pas. Ici, on a notre homéopathe attitré. On l’utilise surtout pour la souris. Angine, otite, rhino, gastro, on a tout testé. Mais aussi troubles du sommeil, lorsqu’on a eu droit aux épisodes de terreurs nocturnes. Mais aussi pour les aphtes, pour les douleurs dentaires.Pour les coups, les douleurs musculaires. Infections urinaires aussi. bref…  On ne s’est jamais dit que ça ne fonctionnait pas bien au contraire. Je ne partagerai pas les prescriptions puisque d’une personne à l’autre les indications/posologies changent. Si votre pharmacien n’a pas le reflex de vous orienter (nous ici on a de la chance, la notre y est sensibilisée +++) Vous pouvez lui demander:

  • De l’alium cepa composé : pour stopper les débuts de rhume, nez qui coule, nez plein…
  • Du stramonium: pour les terreurs nocturnes,cauchemars et autres cadeaux de la nuit
  • Du chamomilia pour les douleurs dentaires, mais aussi pour calmer la bête en cas d’excitation passagère (testé et approuvé +++)
  • Du Kalium Bichromicum: en cas de bronchite
  • Du Coccus Cacti : en cas de grosses quintes de toux

Le fait de l’orienter le poussera à ouvrir son super manuel et à vous trouver la dilution homéopathique adaptée.

> L’aromathérapie c’est une approche de soin, assez complexe, utilisant les essences aromatiques. On peut dire que c’est une médecine alternative qui contrairement à ce qu’on pense, n’est pas douce, puisque c’est l’utilisation des huiles essentielles comme soin, et une huile essentielle c’est un concentré de plusieurs kilos de plantes.Les huiles essentielles peuvent être utilisées par voie interne, externe ou aérienne, et surtout on soigne tout!

Ici on utilise les huiles essentielles à peu près pour tout. Elles sont dans l’armoire à pharmacie, dans la voiture, dans le sac à main. Laquelle? Comment? et pourquoi? (oui j’ai bien compris que mon histoire de conférence sur les polluants ne vous emballez pas plus que ça)

Celles qui faut avoir dans son placard:

L’huile essentielle de Ravinstara , la star des huiles essentielles, celle qu’il faut que tu achète là maintenant tout de suite :

Tonique, énergisante puissante, antivirale et anti-infectieuse puissante, antibactérienne, anti-douleur, antispasmodique, décontractante musculaire, expectorante, fortifiante du système immunitaire, neurotonique, équilibrante, positivante, expectorante, dégage les voies respiratoires. Elle agit sur tellement de chose, qu’on a même du mal à la croire. ici on l’utilise pour sa propriété:

  • Immunostimulante comprenez par là, renforcement du système immunitaire. Je fais par exemple une petite cure en prévention quand je sens un petit coup de fatigue, ou que la petite souris est malade. Comment? 3 gouttes sur le poignet 1 fois par jour, ou 3 goutte sur un sucre ou un support neutre ou une cuillère de miel le matin pendant quelques jours.
  • Antivirale et antibactérienne : elle a un truc de magique, elle a un spectre d’efficacité assez large. Infection ORL, grippe, maladie hivernale, stress, anxiété… bref parfaite!

Pour les maladies hivernales : rhino, rhume, vous savez ces matins où vous vous sentez embrumé, fatigué avec des débuts de courbatures, un nez qui commence à se boucher… 2 goutte 3/ 4 fois par jour jusqu’à amélioration des symptômes. Efficacité prouvée 🙂

Vu que les huiles sont contre indiqués pour les enfants de moins de 6 ans, pour la petite souris on l’utilise en massage de la plante des pieds avant sieste et dodo. 2 gouttes dans une noisette de crème hydratante et on y va!

L’huile essentielle de Tea Tree (arbre à thé): Antibactèrienne, antivirale, antifongique: celle là c’est celle qui désinfecte… sur la brosse à dents en cas de gingivite, d’abcès. En  pansement ou cataplasme sur une mycose cutanée, sur une plaie.

L’huile essentielle de Menthe poivrée (migraineux levés la main…): L’indispensable, en multi-exemplaire, je la dégaine dès que je la sens, dès que je vois qu’elle est là, dans les parages, qu’elle se prépare à surgir.. oui…la migraine! 2 gouttes à mélanger à une huile neutre (je vous avoue que j’ai déjà fait PUR tellement j’étais désespérée) pour un massage de tempe et de nuque.

Pour la digestion difficile et les lendemains de fêtes difficiles : 2 gouttes dans une infusion après le repas ou mieux 1 goutte sous la langue. Ca vaut aussi pour les nausées et vomissements!

L’huile essentielle de Lavande : L’anti poux par excellence. Mais elle est aussi antispasmodique, calmante et relaxante.

L’huile essentielle de ThymAntibactèrienne aussi. Celle la je la dégaine pour les bobos de gorge et la toux. 2 gouttes sur un comprimé neutre ou dans une cuillère de miel 3 fois par jour.Radical!

Le bonus:

L’extrait de pépin de pamplemousse: l’indispensable!

L »huile de pépin de pamplemousse a un effet équivalent ou supérieur aux antibiotiques et antimycotiques les plus puissants. Cela a été prouvé par des équipes de recherches internationales lors de tests comparatifs.

L’EPP présente de plus une action rapide, sans affaiblir le système immunitaire (au contraire, il le soutient). Avec l’huile essentielle de Ravintsara, il me soigne tout l’hiver…bien que je sois rarement malade, mais par contre très souvent fatiguée.

A utiliser autant pour les infections ORL, que pour les angines, que pour les bobos dentaires (ici je l’utilise pour ma gingivite), que pour les maladies de la peau (acné, verrue…), les pieds, les ongles ( on a soigné un vilain panaris à la petite souris en quelques jours seulement)…bref il est magique, et il vaut le détour, même simplement se pencher sur la question.

30 gouttes tous les matins en cure d’attaque pour me refaire une santé, et on augmente plusieurs fois par jour pour vraiment combattre le microbe.

Attention: il faut un produit de qualité, bio si possible et bien faire attention au dosage. Concernant les enfants…demander au pharmacien. J’ai souvent entendu dire qu’avant 6 ans c’était fortement déconseillé, on m’a dit il y a pas longtemps d’en donner sans problème à la souris… à vérifier.

Voilà  notre trousse de « survie ».

Cela vaudrait le coup de m’attarder sur mes recettes de grand-mère aussi. Ici on est fan du sirop d’oignon ou de l’infusion de thym…ce sera pour la prochaine fois.

Pour l’instant on se bat contre une vilaine rhino…

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s