Côté Mum

La maltraitance émotionnelle

Il a été compliqué cette article.

Il traîne dans « le brouillon » depuis quelques jours déjà. Depuis le début quasiment. Je ne savais pas comment présenter le sujet et pourtant… avec un peu d’honnêteté je pense qu’on s’y retrouve un peu tous. Dès qu’on aborde ce terme « la maltraitance » on sent la gêne. Il est fort ce mot… Puis j’ai reçu un article sur ma boîte mail, écrit par Héloïse Junier, psychologue en crèche.

Je ne voulais pas être « à charge » et vous faire culpabiliser. Je ne voulais pas grossir les traits et exagérer le sujet. Et je ne voulais pas non plus qu’on me prenne pour la « mère maltraitante » qui fait ses confessions via son blog.

Quand on parle maltraitance, on pense violences physiques. Mais il y en a d’autres.

La maltraitance émotionnelle c’est l’ensemble des violences psychologiques et verbales qui viennent induire inutilement une émotion de peur ou de honte chez l’enfant.

Exemples :

  • Crier sur l’enfant, élever la voix
  • Le menacer (si tu continues à pleurer, je vais en parler à ta maîtresse en arrivant à -l’école, je te préviens)
  • L’humilier, le ridiculiser (Puisque que tu te comportes comme un bébé, je vais te ramener chez les bébés ou encore T’en a pas marre de pleurer comme une fille)
  •  Le punir (comme tu n’arrives pas à rester calme, tu quittes la table et tu restes tout seul dans ton coin)
  •  Le mépriser, lui dire qu’il est un enfant « méchant, nul, capricieux, comédien
  • Accuser systématique le même enfant quand il y a un conflit
  • Se moquer de lui (par exemple, se moquer de ses pleurs)
  • Lui couper la parole, ne pas l’écouter

Mais encore, les phrases communes :  » t’es vraiment pas doué » « qu’est ce que t’es long mon dieu » « tu agis comme ça à l’école, tu dois vraiment pas beaucoup avoir de copines » « je suppose que tu as encore fait des tiennes » « tu me saoules  »

Les conséquences sur l’enfant? On parlera d’abord de dosage. On peut pas épargner l’enfant à 100% des maltraitances émotionnelles. Néanmoins on se doute qu’à forte de dose, et de manière répétée, l’enfant peut vraiment trinquer. Le manque de stabilité émotionnelle peut se manifester dès la petite enfance, ou à l’adolescence ou même seulement à l’age adulte. Les résultats : affects dépressifs, troubles du comportement, difficultés de compréhension et d’apprentissage, manque d’estime de soi, perte de confiance en soi, insensibilité, perte d’empathie pour les autres, agressivité…

On relativise…on le fait tous!

Pourquoi on le fait?

  •  Parce que c’est la facilité : c’est beaucoup plus facile d’arrêter une crise quand on élève un peu la voix et qu’on dit qu’on va raconter à tout le monde ce qu’il fait, plutôt que de se pencher à terre et « d’accueillir ses émotions « (en pleine grande surface c’est compliqué)
  • Parce qu’on a l’impression qu’on maîtrise la situation: on en revient à l’histoire de la confrontation et du rapport de force. En agissant comme ça on met un point final à la discussion et très souvent on a le dernier mot.
  • Parce que très souvent l’éducation « punitive »(je déteste ce terme) c’est ce qu’on a connu.

Pour moi il ne faut pas tout « psychologiser ». On est comme on est. On fait tous des erreurs, et il n’y a pas « mort d’hommes » pour autant. On a tous « bien grandi » avec des fessées, des punitions et ce n’est pas pour ça qu’on squatte le divan du psychanalyste. Je suis réaliste : l’écoute, la bienveillance c’est bien mais on fait comme on peut. Il y a des périodes dans notre vie où on a plus de mal, on est fatigué, on est stressé. On a tous à un moment donné, été bouffé par les émotions. On a tous perdu un jour notre sang froid. On a tous un jour  voulu lui faire mal avec les mots. tellement qu’on en pouvait plus, tellement qu’on était dépassé, tellement qu’on voulait reprendre le dessus. C’est humain!

La solution? le reconnaître. Le parler avec l’enfant. S’excuser. On peut aussi « se faire aider » si on sent que ça devient récurrent, et compliqué à gérer (à cause d’une séparation, d’un décès, d’une maladie).

Ce sujet me touche, parce que certaines de nos erreurs peuvent faire du mal. Les mots peuvent faire mal, les idées reçues peuvent faire du mal.

 

 

4 réflexions au sujet de “La maltraitance émotionnelle”

  1. Aie aie aie … je me retrouve dans 80% de tes exemples mais je ne me suis jamais dit au grand JAMAIS que je maltraitée émotionnellement mon enfant ! Quand j’agis ainsi , je pense tout simplement que je l’éduque 🤔!!! Mais avec un recul certain il est vrai qu’on peut faire autrement et arrêter de passer en force … c’est la solution de facilité , j’envie les parents qui arrivent à obtenir le meilleur de leurs enfants sans avoir besoin de lever la voix (…heu…de crier plutôt 😅) , et de punir … bon après je me dis que si on partage avec son enfant , si on instaure au quotidien une complicité… si on complimente (ref à ton article précédent ) autant de fois que cela est nécessaire … si on porte de l’attention … si on aime, on aime encore et toujours et surtout si on le dit !!!… ça compense un peu !!! Non ???? … (la fille cherche tous les moyens pour se déculpabiliser 😅)

    J'aime

    1. Coco câline, je ne sais pas qui tu es ( hihihi) mais je suis certaine que tout l’amour que tu portes à tes filles (oui je devines que tu as des filles) au quotidien compense LARGEMENT les quelques fois où tu « perds pied » et où tu penses « l’éduquer ». on est toutes dans ce cas là. Mais maintenant qu’on en a conscience on va bien entendu trouver d’autres solutions et s’améliorer. ne sommes nous pas toutes des « mamans en apprentissage » avec la soif d’apprendre?… bonne soirée …coco caline

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s